Trois agriculteurs (Marc Menoud, Olivier Bonjour et Claude Tenthorey) et Groupe E Greenwatt SA se sont associés pour construire et exploiter une installation de biogaz agricole.

L’installation de production de biogaz de Seigneux est un processus de recyclage local qui transforme les engrais de ferme en produit fertilisant de qualité. Elle est alimentée avec des engrais de ferme ainsi que des co-substrats issus de l’industrie agroalimentaire régionale.

L’installation produit de l’électricité pour environ 250 ménages ainsi que de la chaleur qui est valorisée.

Il s’agit d’un projet de biogaz agricole, à savoir qu’il traite 80% de matière organique de provenance agricole et 20% de co-substrats.

Les engrais de ferme proviennent principalement de l’exploitation du Cuachet ainsi que de la porcherie de Seigneux qui approvisionne l’installation grâce à une conduite à lisier. Les co-substrats sont issus essentiellement de déchets de moulins et de centres collecteurs.

L’installation est composée d’une préfosse enterrée qui permet de réceptionner les matières entrantes, elle permet de préparer la « soupe» pour le digesteur. Les matières liquides y sont mélangées avec une certaine quantité de matière solide avant d’être pompées dans le digesteur. Le digesteur est une fosse couverte par une dalle en béton, isolée et chauffée à une quarantaine de degré. Cet environnement anaérobie (sans oyxgène) stimule la décomposition de la matière organique et la production méthanogène. Le temps de séjour moyen dans cette cuve est d’une quarantaine de jour. Il s’agit cependant d’un processus infiniment mélangé, à savoir que de la matière est régulièrement ajoutée à la soupe qui est brasée et que de la matière y est également régulièrement soutirée.

La matière soutirée est pompée vers un stockage final. Le stockage final est une cuve couverte d’une double bâche qui fait office comme réservoir de gaz.

Le gaz ainsi produit contient environ 55% de méthane, différents gaz résiduels et du souffre. Afin de valoriser ce gaz, Cuachet Energies SA a opté pour un moteur à gaz (CCF).

Avant de pouvoir être valorisé dans un moteur, le gaz saturé en humidité doit être déshumidifié et filtré des particules de souffre afin de le rendre compatible avec une bonne combustion dans le moteur.

Le moteur est couplé à une génératrice afin de produire de l’électricité qui est injectée sur le réseau et bénéficie de la rétribution à prix coûtant (RPC) de Swissgrid.

La chaleur produite par le moteur est valorisée pour chauffer le digesteur ainsi que pour le séchage de plaquettes de bois.

Toute l’installation est équipée de senseurs et supervisée électroniquement. L’installation nécessite du personnel afin d’assurer quotidiennement la surveillance de sécurité, l’affouragement du processus et la maintenance.

La matière digérée qui ressort du processus est appelé digestat. Dépouillé de son gaz, il n’a pratiquement plus d’odeur et recèle un potentiel fertilisant accru, du fait que l’azote qu’il contient est rapidement assimilable par les plantes. L’épandage se fait par pendillars afin de réduire notamment les émissions d’ammoniac.

Protection du climat

La méthanisation du lisier et du fumier permet de diminuer les émissions de méthane, gaz à fort effet de serre. Il faut dire que le méthane brûlé par l’installation serait dans l’atmosphère 20 fois plus nocif que le gaz carbonique en terme de réchauffement climatique.

La technologie utilisée garantit une réduction des émissions de gaz liées à l’agriculture d’environ 450 t C02 par année.

Le coupleur chaleur-force (moteur) permet d’économiser environ 100’000 litres de mazout par an.